Hebdomadaire du 28 Octobre 2018

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue sur notre hebdomadaire financier.

Cette semaine nous vous proposons un article sur le rejet du budget italien ainsi que sur la hausse des taux directeurs en Amérique du Nord.

Italie ; le bras de fer avec Bruxelles. L’Italie qui est dirigé depuis fin mai dernier par un gouvernement europhobe constitué du « Mouvement Cinq Étoiles » (antisystème) et de « La Ligue » (extrême droite) vient ce mardi 23 octobre de se faire rejeter son projet de budget pour 2019 par la Commission Européenne. Cette mesure appliquée pour la première fois dans l’histoire de la zone euro a pour but de limiter l’expansion incontrôlée des dettes souveraines et le respect du pacte européen de stabilité et de croissance.

Dans le cas de l’Italie, le rejet a pour raison un déficit excessif. En effet, ce dernier est trois fois supérieur que celui visé par le précédent gouvernement soit un déficit de 2,4% du PIB. Et bien que ce dernier soit en deçà du palier des 3%, un effort supplémentaire est demandé à l’Italie dont la dette est égale à 131,2% du PIB en 2017, bien au-dessus des 60% prescrits.

Par ailleurs cette situation inquiète fortement les investisseurs et l’indice boursier phare, le FTSE MIB, a perdu 22% depuis que le nouveau gouvernement s’est formé. S’inscrivant dans ce mouvement, les agences de notation Moody’s et Standard & Poor’s ont abaissé toutes deux la note de la dette de l’Italie.

Pour en savoir plus : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/24/deficit-que-risque-l-italie-face-a-l-europe_5373923_4355770.html

La FED ou la bête noire de Trump. La FED a publié cette semaine son dernier « Livre Beige », qui dépeint la situation économique du pays. On y retrouve des données importantes telles que la croissance américaine qui a atteint 4,2% pour la première fois depuis quatre ans au 2e trimestre, ainsi que le taux de chômage qui est tombé à 3,7%, un plus bas depuis près de 50 ans. Toutefois l’inflation a augmenté en parallèle, et c’est pour cette raison que la FED a depuis plusieurs mois augmenté les taux qui se situent actuellement entre 2% et 2,25%. Ce qui lui a notamment attiré les foudres de Donald Trump qui l’a qualifié de « folle » et de « plus grand risque » pour la réussite économique du pays, qu’il considère comme sienne.

L’augmentation du taux direct aux États-Unis n’est pas une exception, en effet, la Banque Centrale du Canada a décidé ce mardi de remonter son taux d’un quart de point à 1,75%, son plus haut niveau depuis près de 10 ans. Il s’agit de la cinquième hausse depuis juillet 2017, et d’autres sont à prévoir pour l’année 2019 afin de maîtriser l’inflation.

Le président de la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi, a quant à lui annoncé ce mercredi que le taux direct de la zone européenne n’augmentera pas avant mai 2019.

Pour en savoir plus : https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/economie/etats-unis-toujours-en-croissance-malgre-les-tensions-commerciales-fed-boursier-6248f6ffc8e7a16fc4719642a41bf9b11f8676c2

Nous espérons que cela vous a plu ! À la semaine prochaine pour un nouveau numéro !

Rédigé par : COLOTTE Guillaume pour IÉSEG Finance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s