Un gouvernement défait, un parlement divisé, mais où va le Royaume-Uni ?

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue sur notre hebdomadaire financier. L’équipe d’IÉSEG Finance espère que vous avez passez de très bonnes vacances ainsi que de merveilleuses fêtes !

Cette semaine nous vous proposons un article sur le rejet par le parlement britannique de l’accord sur le Brexit.

Un gouvernement défait, un parlement divisé, mais où va le Royaume-Uni ?

Ce mardi, dans un vote crucial pour l’avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l’Union européenne, les députés britanniques ont massivement rejeté l’accord de Brexit négocié par la Première ministre conservatrice Theresa May avec Bruxelles. La chambre des Communes a refusé l’accord de divorce par 432 voix, 202 s’étant prononcé pour, malgré une ultime mise en garde de Theresa May contre « l’incertitude » et le danger que provoquerait ce rejet.

En effet un « no-deal » signifierait l’arrêt immédiat de la libre circulation des biens, capitaux et personnes entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Ce qui aurait des conséquences dramatiques sur l’économie de ce dernier. Afin d’éviter cette situation, There May a jusqu’à lundi pour présenter au Parlement un « plan B », si elle survit jusque-là. S’agissant de la plus lourde défaite d’un gouvernement britannique sur un texte important depuis 1924, le chef de l’opposition Jeremy Corbyn qualifiant d’ailleurs celle-ci de « catastrophique » pour le gouvernement en a profité pour présenter dans la foulée une motion de confiance contre le gouvernement de May. Processus par lequel les députés décident d’accorder ou non leur confiance au gouvernement en place.

Alors que le président du Conseil européen Donald Tusk a appelé à une « solution positive », le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a lui réagit en déclarant que « le risque d’un Brexit sans accord s’est accru ». « J’appelle le Royaume-Uni à clarifier ses intentions dès que possible. Le temps est presque écoulé », a déclaré le président de l’exécutif européen, juste après le vote. Toutefois, nous pouvons dire que le rejet de l’accord est tout sauf une surprise tant forte était l’opposition à ce « Traité de retrait » de l’UE, âprement négocié pendant 17 mois avec Bruxelles, mais qui n’a pas convaincu les députés britanniques, qu’ils soient en faveur ou à l’encontre du Brexit.

Quant à la France, le gouvernement a décidé de réagir suite à la défaite de Theresa May. Qualifiant le scénario de sortie « no-deal », « de plus en plus probable » le Parlement français a adopté un projet de loi autorisant le gouvernement à prendre cinq ordonnances devant résoudre les nombreux problèmes administratifs et économiques qu’entraîneraient cette sortie en France. 50 millions seraient entre autres débloqués en urgence afin d’appliquer certaines mesures.

Pour en savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/01/16/brexit-la-presse-britannique-fustige-l-humiliante-defaite-de-theresa-may_5409735_3210.html

Nous espérons que cela vous a plu ! Nous vous souhaitons une merveilleuse année ! À la semaine prochaine pour un nouveau numéro !

Rédigé par : COLOTTE Guillaume pour IÉSEG Finance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s