États-Unis : la dette fédérale à son plus haut historique

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue sur notre hebdomadaire financier.

Cette semaine nous vous proposons un article sur la dette des États-Unis.

États-Unis : la dette fédérale à son plus haut historique.

La dette fédérale américaine, qui était passée de 10,6 à 19,9 billions de dollars durant les huit années de la présidence Obama, vient d’atteindre un nouveau sommet en dépassant pour la première fois les 22 000 milliards de dollars. Somme des déficits chroniques et des intérêts de la dette, ce montant abyssal s’élevait déjà à l’arrivée de M. Trump à la Maison Blanche à 19.950 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB américain pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale. Par comparaison, la dette de la France, qui elle aussi est en passe d’égaler le montant de son PIB, s’élevait à un peu plus de 2.300 milliards d’euros fin septembre (2.600 milliards de dollars environ). Ainsi la dette américaine a augmenté de 2 billions depuis la prise de fonction de Donald Trump, en janvier 2017.

Il existe deux raisons principales à cette hausse, la réduction d’impôts, notamment pour les entreprises, et le gonflement des dépenses, surtout dans l’armement, ont alourdi ce fardeau. « Je devais d’abord remettre l’armée en ordre avant de me préoccuper des 22.000 milliards de dette », a récemment lancé le président. Son administration continue d’assurer que ses réductions d’impôts, qui doivent creuser le déficit de 1.500 milliards de dollars sur dix ans, vont se financer d’elles-mêmes en dopant la croissance, donc les recettes. Or le déficit budgétaire a grimpé de 17% à 779 milliards de dollars l’année dernière, signant son plus mauvais solde depuis 2012. Et selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), il devrait encore se creuser cette année, à 900 milliards de dollars. Ce-dernier a d’ailleurs assuré que si l’environnement macroéconomique reste le même, la dette fédérale devrait atteindre 28,7 billions de dollars en 2029, soit près de 150% de son PIB actuel.

Du côté des ménages, qui sont endettés à hauteur de 13.500 milliards de dollars, dont les trois quarts avec des prêts immobiliers, ce sont des secteurs plus circonscrits mais plus fragiles qui suscitent l’inquiétude. Les prêts étudiants, qui pénalisent la consommation des jeunes, ont ainsi atteint un record historique à près de 1.500 milliards de dollars. Les prêts automobiles, qui approchent le même montant (1.300 milliards), commencent à connaître des taux de retards de paiements et de défaillances qui ont récemment alerté la Fed.

Malgré ces faits alarmants et les niveaux croissants de la dette fédérale, de nombreux économistes estiment que les risques restent faibles et rappellent que les taux d’intérêt restent exceptionnellement bas. Toutefois, certains experts avertissent qu’une dette publique toujours croissante ferait peser des menaces importantes sur le gouvernement en cas de crise financière. Rappelons que les risques d’un tel évènement n’ont jamais été aussi élevés depuis la crise des « subprimes ».

Pour en savoir plus : https://www.latribune.fr/economie/la-dette-americaine-franchit-un-nouveau-sommet-807784.html

Nous espérons que cela vous a plu ! À la semaine prochaine pour un nouveau numéro !

Rédigé par : COLOTTE Guillaume pour IÉSEG Finance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s