La fusion qui sauvera le système bancaire allemand ou qui marquera son crépuscule

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue sur notre hebdomadaire financier.

Cette semaine nous vous proposons un article sur la fusion entre la Deutsche Bank et Commerzbank.

La fusion qui sauvera le système bancaire allemand ou qui marquera son crépuscule.

Après des mois de pressions de la part des autorités allemandes, la Deutsche Bank et Commerzbank ont confirmé il y a quelques jours qu’elles discutaient en vue d’une éventuelle fusion.

Ces pressions de la part de autorités ont pour causes le désir de créer un géant bancaire allemand, car aux yeux du gouvernement emmené par Angela Merkel, l’Allemagne a besoin d’une grande banque, forte, capable de rivaliser avec ses concurrents sur la scène internationale, notamment européenne. Ainsi la fusion de la Deutsche Bank et de Commerzbank créerait dans les faits un géant bancaire fort de 1 800 milliards d’euros d’actifs, ce qui le placerait à la 3èmeplace dans la zone euro, derrière les banques françaises BNP Paribas et Crédit agricole.

Mais en poussant à la fusion les deux premières banques d’Allemagne, le gouvernement, au nom de la souveraineté, prend le risque de créer un établissement systémique et fragile plutôt que de créer un champion européen.

En effet, au regard de la situation actuelle de ces deux banques, le risque de déstabiliser le secteur bancaire est réel. Rappelons qu’entre 2011 et 2018, la Deutsche Bank a perdu 6 milliards d’euros et dépensé plus de 14 milliards en amendes diverses sans que soit épongé son contentieux avec les autorités du monde entier. Rares sont les scandales qui l’ont épargnée, y compris le dernier d’entre eux, celui de la banque danoise Danske Bank. De plus son image en Allemagne est exécrable et sa présence est faible dans la banque de détail, amortisseur important en cas de crise.

Quant à Commerzbank, elle ne s’est jamais relevée de l’acquisition de sa concurrente Dresdner Bank et en février, son patron, Martin Zielke, a renoncé à tous ses objectifs de revenus ainsi que de bénéfices pour 2020, blâmant la conjoncture, les taux bas mais aussi la concurrence locale.

Par ailleurs, le projet de fusion rencontre de nombreux détracteurs tel que des analystes, syndicats et actionnaires qui sont très alarmés de part les risques systémiques qu’engendrerait l’unification de ces deux banques.

D’autant plus qu’au vu de l’état de délabrement des deux institutions, le mariage devrait rapidement virer à la bérézina sociale. Les experts parlent de 30 000 suppressions de postes. Tout cela pour un résultat qui est loin d’être acquis. Selon les calculs d’un analyste de J.P. Morgan, les synergies d’acquisitions devraient se monter à deux milliards d’euros, alors que les coûts d’intégration seraient évalués à quatre milliards, sans compter un autre milliard de revenus perdu avec les clients du fait de doublons. L’état du système bancaire allemand est au plus mal, et ce n’est probablement pas la fusion de deux banques dans un mauvais qui parviendra à améliorer la situation. Les risques systémiques n’ont jamais été aussi importants et c’est avec les plus grandes précautions que ces deux institutions doivent aborder cette fusion.

Pour en savoir plus : https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/03/18/deutsche-bank-confirme-les-discussions-en-vue-d-une-fusion-avec-commerzbank_5437626_3234.html?xtmc=deutsche_bank&xtcr=2

Nous espérons que cela vous a plu ! À la semaine prochaine pour un nouveau numéro !

Rédigé par : COLOTTE Guillaume pour IÉSEG Finance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s