Qu’est ce que la finance ?

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, nous vous présentons un nouveau type d’article, ayant pour buts de vous donner une meilleure vue d’ensemble sur le monde de la finance, et de démystifier un secteur qui, du fait de sa complexité apparente, porte souvent à confusion. Que vous soyez un étudiant curieux, désireux de mieux appréhender ce domaine, ou un mordu du sujet, cet article est fait pour vous.

Alors, qu’est-ce que la finance ?

« Fournir l’argent nécessaire à la réalisation d’une opération économique »

C’est la définition la plus générale qu’on puisse lui attribuer. À celle-ci peut être incluse une seconde dimension : « assurer une allocation optimale des ressources pour maximiser le bien-être de chacun ». Avant de la définir, il convient de rappeler que malgré une opinion largement répandue et héritée des crises récentes, la finance sert l’intérêt et le bien-être général. Elle concerne ainsi tous les acteurs économiques : des ménages et particuliers, désireux d’obtenir de l’argent pour acheter une maison ; aux entreprises qui s’appuient sur des fonds pour lancer un nouveau produit, ou ouvrir de nouveaux magasins. Sans oublier les États, qui en ont besoin pour mettre en place des services publics comme les écoles ou les routes.

D’accord, mais concrètement, c’est quoi la finance ?

Pour faire court, ce terme fourre-tout désigne l’ensemble des mécanismes et des institutions qui apportent à l’économie les capitaux dont elle a besoin pour fonctionner.

C’est toujours flou ?

Commençons par expliciter les mécanismes qui en sont à l’origine. On en distingue 3 principaux, que sont les 3 grandes méthodes de financement :

  • L’autofinancement: la plus facile à définir, car elle n’engage pas d’interactions avec d’autres acteurs. L’agent économique puise dans ses réserves ou utilise une partie de ses bénéfices pour se développer et améliorer ses performances économiques futures. On dit qu’il finance ses investissements.
  • Le financement direct: cette fois-ci, l’acteur émet des obligations ou des actions. Une obligation est une dette de ce dernier envers un autre agent ayant acheté l’obligation (et donc participé au financement en apportant des capitaux). Cet agent touchera des intérêts sur son prêt, et remboursera son investissement avec le temps. L’action est un titre de propriété : l’agent qui en achète possède une partie de l’entreprise, concédant encore une fois un transfert d’argent.
  • Le financement indirect: l’acteur a cette fois recours au crédit bancaire : il emprunte le capital nécessaire auprès d’une banque, moyennant intérêts.

Ces 3 mécanismes sont à la base de tous les échanges à caractère financiers qui prennent place dans nos sociétés.

OK, mais s’il y a un échange, il se passe quoi de l’autre côté de la transaction ?

Vous vous demandez peut-être comment ces mécanismes s’appliquent aux acteurs qui possèdent et prêtent leur capital… Il s’agit en réalité des deux faces d’une même pièce. Nous venons de voir le fonctionnement des mécanismes « à capital restreint » : situation dans laquelle les agents ont besoin de financement. À capital avéré, pour les prêteurs, une logique de performance se met en place : on cherche à allouer de manière optimale ses capitaux pour en tirer le meilleur profit, selon des critères personnels (rendement économique, impact écologique, critères sociaux, …). Qui se retrouve dans cette situation ? Le meilleur exemple est celui des banques. En possession d’un grand capital, elles cherchent à optimiser leurs prêts, c’est-à-dire à s’assurer que les clients soient en capacité de retourner l’argent, et les intérêts.

 

Mais au fait, c’est qui les acteurs dont on parle depuis le début ? Quelles sont les figures du domaine financier ?

Intéressons-nous pour comprendre à la structure du domaine : derrière un schéma complexe se cachent en réalité plusieurs « types » de finances intégrant différents agents avec des objectifs variés. On distingue en général 3 finances.

La finance publique est probablement la plus transparente en France. Elle désigne le financement des activités et du budget de l’État, des collectivités publiques et des organismes sociaux. Elle prend place à tous les niveaux de territoires (régions, départements, villes) et intègre de nombreuses institutions en plus de l’État, aussi bien des importants organismes intergouvernementaux comme la BCE, des banques centrales que des écoles publiques ou des parcs. Elle est régie dans sa majorité par le ministère des Finances. Son principe est simple : un budget est voté par une autorité (parlement, conseil municipal, etc.) chaque année, visant à transformer les ressources financières de l’État (appelées ressource publique) provenant des impôts, des taxes ainsi que d’un emprunt éventuel, en dépense publique permettant le fonctionnement des institutions.

Quelques métiers types de la finance publique :

  • Contrôleur des finances publiques: participe aux opérations de comptabilité et de contrôle des recettes et dépenses pour les organismes publics.
  • Inspecteur des impôts: veille à la conformité des déclarations d’impôts des particuliers et des entreprises pour éviter les fraudes fiscales.
  • Chargé de prestations financières: organise, assiste et exécute financièrement les projets de l’État.

La finance d’entreprise est au contraire une finance dite « privée ». Elle se rapporte aux décisions financières des entreprises, qui obéissent essentiellement à une règle : maximiser leur valeur, tout en limitant les risques qu’elles encourent. Ces décisions sont la plupart du temps internes à la firme : elles sont prises par ses dirigeants, qui décident à la fois des investissements, en analysant leur rendement et leur pertinence, du financement, qui comprend l’allocation des ressources interne, et de la rémunération des actionnaires. Mais les décisions relatives à l’entreprise intègrent aussi une dimension externe : les investisseurs ou les prêteurs de capitaux (en général des banques) décident ou non de financer les projets qui leur sont soumis.

Quelques métiers types de la finance d’entreprise :

  • Directeur financier: supervise l’ensemble des divisions administratives, fiscales et comptables de l’entreprise. Il met en place les grandes décisions financières.
  • Trésorier: gère les flux financiers de l’entreprise, en veillant à l’équilibre des comptes.
  • Auditeur financier: vérifie et valide la conformité des comptes des entreprises.

La finance privée désigne la gestion des actifs financiers des particuliers, comprenant l’épargne (argent mis de côté) et les crédits (argent emprunté à une banque), mais également le patrimoine de ces derniers. Les acteurs de cette branche de la finance peuvent être des particuliers, mais ce sont généralement des experts qui se chargent de prendre les décisions, en connaissance des lois et des meilleurs placements. De nombreuses banques privées spécialisées dans ce secteur emploient ces experts.

Quelques métiers types de la finance privée :

  • Gestionnaire d’actifs: gère au mieux les capitaux de ses clients dans le respect des lois et de leurs contraintes.
  • Conseiller financier: assiste et conseille ses clients dans leurs prises de décisions financières.
  • Fiscaliste: juriste qui aide ses clients à faire de meilleur choix d’optimisation fiscale (payer le moins d’impôts possible en restant dans le cadre légal).

Une dernière branche existe cependant, bien qu’elle soit plus assimilable à un outil qu’à un ensemble d’institutions réellement regroupables : c’est la finance de marché. Les marchés financiers sont des espaces physiques ou virtuels dans lesquels des acteurs, essentiellement des institutions publiques comme des gouvernements, des sociétés privées comme des banques d’investissement et des personnes physiques échangent des actifs, qui peuvent être de nature variée : actions, matières premières, devises…

Elle désigne donc les participants aux marchés, et les institutions en charge de les encadrer.

Quelques métiers types de la finance de marché :

  • Trader: négocie des produits financiers et intervient sur les marchés en achetant ou en vendant les valeurs, dans le but de générer un profit. En travaillant pour un client, il exécute ses ordres en veillant à gérer le risque associé.
  • Sales: le salesman est un intermédiaire entre les clients d’une banque d’investissement et les traders. Il entretient la relation client, les écoute et leur propose des solutions personnalisées d’investissement.
  • Responsable Back Office: contrôle et gère la partie administrative et comptable des transactions des traders. S’assure que les positions sont conformes à la loi et à la volonté des clients.

Bien entendu, dans la réalité des faits, deux secteurs peuvent parfois se recouper, et un seul agent économique peut décider d’appliquer plusieurs méthodes de financement simultanément pour profiter de leur complémentarité. L’approche que nous avons eu reste volontairement très rudimentaire. Néanmoins, nous espérons vous avoir aidé à saisir les bases et les grands éléments de ce secteur, pierre angulaire du développement économique de nos sociétés et essentiel à la construction d’un avenir viable.

Rédigé par Olivier Boutineau pour IESEG Finance

Pour en savoir plus :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Finance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s